Utopie d'un rêve sans merci.

Crachas de pensées.

12 avril 2005

Unutma.

dscn1155

Le commencement part de toutes mes perditions.


J’ai des envies de vols, des envies de rêves, des envies de tout mais.
Mais voila, pas de mai, pas de mais.
Cette fois d’une seule traite je tire tout ici et je fais mes valises.
Refuse de m’apitoyer.
J’ai plus 10 ans.
Ton beau cœur.
Tombent au cœur.
Tombeau [du] cœur.


Un seul souffle,
Et je repars.
Tout dedans, je préfère courir
Que crever.
Surtout ici, il n’y aurait aucun mérite.
Alors je l’endormirai
D’un rêve sans merci.

J’ai envie de sortir de cette ville.
Rose.
Balancer toutes mes inepties par terre.
Marcher,
Cracher sur le dessus.
Pour que leur nausée abondante
Finissent par se faire oublier.

« Guerre Sainte à Jérusalem.
L’Eglise baise les enfants de Dieu.
God blesse, blesse, america.
Inch’allah. Inch’allah la la la. »

La fin de nos siècles n’existe pas.
Pas encore.
De toute façon, quand le soleil sera mort
On recréera tout en dessous.
Je crois.

J’ai des envies de courir.
De mettre des E à la fin de chaque phrase
De mettre des Eux au bout de n’importe quel mensonge.
Je n’y suis plus.
Je suis floue.

On n’est hanté que par soi meme.
Le reste n’est que prétexte.
Je refuse de crier encore.
A qui devrais je plaire ?
En quel nom ?
De quel droit ?

La question demeure interrogative.
« Les aménagements touristiques servent à accueillir des touristes ».
Sans blague.
Je suis montée en Bas.
Et descendue du Haut.

Non, je remonte maintenant.
Oui.
Non.
Oui.
Oui.
Merde.


J’ai rencontré celui qui,
Par définition,
S’appelle Idole.

J’ai croisé son regard.
Je lui ai souri.
J’aime.
Je tourne la blanche.
Page.


On repars.
Rechausse tes nike.
Serre bien, hein.
Des fois que.
Des fois que.


Je n’ai plus de rimant à faux.
J’ai pas envie de m’excuser.
Pourtant il le faut.
Encore Exorciser.



A D.S
A M.
A U.
A H. (et H).
A nous.
A elles.
A ceux.



Pardon.





Silence sur terrain plat.

Posté par tryed à 19:01 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    Pas merde : oui !

    Posté par Nana, 13 avril 2005 à 12:36
  • Qui sommes-nous pour juger ?
    Avons-nous à nous justifier ?

    Pardon est un mot.

    Pardon est un mot.

    Posté par Une Passante, 13 avril 2005 à 12:37
  • Ne regarde pas, mon frère
    C'qu'on est dev'nus ici
    Mais le bonheur se perd
    Et l'espoir s'enfuit
    Tu sais, t'as rien loupé
    Tout est toujours en place
    Dehors rien n'a changé
    Ne regarde pas en face
    les ogres.com

    Posté par une jambonaine, 13 avril 2005 à 15:10
  • Parce que c'est classe

    quand l'ordinatezur écrti "posté par Amarante".

    A toi, merci.

    Posté par Amarante, 14 avril 2005 à 13:18

Poster un commentaire